La vie en distanciel

par | Mar 4, 2022 | Uncategorized | 0 commentaires

La crise sanitaire n’est plus à présenter, même pour ceux qui prétendent en connaître les origines scientifiques ou sanitaires.
Laissons cela aux virologues ou chercheurs en tout genre.
Le Distribarium, comme toute entreprise doit s’adapter aux contrariétés liées aux évolutions des obligations gouvernementales.
Cela est difficile pour l’encadrement, car il est complexe de s’adapter au niveau de l’organisation : les périodes de confinement rendent épineuse la prise de décision, tant au niveau du processus de recrutement des élèves, qu’au niveau de la tenue des enseignements.
Nouveaux protocoles, nouvelles habitudes, masques, gels hydroalcooliques, discussions sur le vaccin et/ou les effets de la contamination.
Bref, un calvaire.
Quelle application choisir pour suivre les cours ? Comment mobiliser les collaborateurs ? Comment veiller au maintien de la qualité des enseignements prodigués par les formateurs ? Comment convaincre les élèves de maintenir un degré de motivation respectable afin d’obtenir le diplôme ?
Tant de questions…
Les professeurs se conforment à ces évolutions, cours en visio conférence ou en bi-modalité, communication exclusivement par e-mails avec des étudiants démobilisés. Triste période.
Les cours participatifs en presentiel ont laissé place par séquence à une parodie pédagogique : des intervenants de bonne volonté qui préparent des modules pour des élèves qui se connectent en retard pour certains, tandis que d’autres ont l’honnêteté de vaquer à leurs occupations.
L’excuse des transports n’est plus viable, elle laisse place aux fameux problèmes de connexion.
La prise de notes sur ordinateur ou cahiers (pour les plus vaillants) assis sur des chaises de salles de classes a laissé place au lit douillet (le covid à bon dos) et cours sur iPhone avec les air pods sans prises de notes avec quelques screenshots pour la forme.
Les cas de Covid-19 sont variants également, nous avons des jeunes sur lesquels les effets empêchent toute connexion du lundi au vendredi, mais ce virus va en boîte de nuit le vendredi soir et part en week-end.
Sans commentaires.
Des heures de rédaction de supports pédagogiques PowerPoint, réalisation de quizz sur Kahoot, préparation d’études de cas, voire parfois d’envois de contenus dans le but de s’adonner au modèle de la classe inversée.
Peines perdues.
Nos jeunes, issus de tous les établissements supérieurs (le Distribarium n’échappe pas à la tendance) redoublent de créativité.
Impossibilité d’activer un micro (ce dernier fonctionne pour fornite ou Fifa), difficulté à répondre aux questions posées (oups, j’avais pas entendu la question), pour ceux qui nous font l’honneur d’être présents.
Au royaume des cours en visio Netflix est roi.
Il est difficile de mobiliser des étudiants au distanciel lorsqu’ils se sont engagés pour des cours en présentiel.
Certains reconnaissent vivre un réel traumatisme. Il faut espérer qu’ils ne traumatisent pas à terme le corps professoral.
Il se dit que la crise sanitaire touche à sa fin, les « spécialistes » évoquent des variants certes qui seront plus contagieux, mais moins virulents.
Les restrictions diminuent, les commerces restent ouverts, cela annoncent des périodes moins complexes pour les écoles de commerce en présentiel.
Dans ce marasme economico-sanitaire, le Distribarium garde le sourire.

Photo représentant le directeur

Articles récents

Commentaires récents

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.